Chansons et pensées


 

Cari amichi, vous trouverez dans cette rubrique l'essentiel de mes chansons avec leurs traductions respectives ainsi que quelques aphorismes issus de mon univers philosophique et onirique.

Bonne lecture et bon voyage en poésie...

 

U nostru amore

 

Allora,  hè cusì ch’ellu finisce u nostru amore ?

Senza un stridu è senza mancu un rimore

Ma incù issa ferita eterna in lu mio core

 

Hè natu in un surrisu è in un’ochjata d’armunia

In una stonda chjara è colma d’allegria

Ch’ella accadessi un ghjornu à mè ùn la cridia

 

Ripigliu

 

Tù eri u mio sole a mio più bella sinfunia

A mio sperenza è la mio più grande pazzia

Quella ch’inventa un universu incù una cria

 

Eo aghju cercatu un altra chì ti assumiglii

Ùn aghju più trovu isse stonde di magia

Ne mancu un sguardu di spartera è puesia

 

Oghje s’eo ti scrivu di issa terra di favore

Per rimpattami senza dumandati amore

Hè ch’eo spartu altrimente issu dulore

 

Pensu chì ogni storia puru s’ella fussi nera

Ùn vale mai nè un fucile nè una guerra

Solu a cuscenza spassiunata d’al di terra

 

Ripigliu

 

Tù in qualchi locu o qualchi mondu chè tù sia

Fermi stampatu com’è iss’alte puesie

Com’è isse stelle accese in le notte sumiglie

 

Eo ti tengu un sguardu francu da li venti scemi

Un batelucciu biancu spechju di ghjastemi

Nantu à un mare d’oliu di sogni è d’impremi

 

Eo ùn vogliu tene nè amarezza nè rancore

U tengu tale è quale in core u nostru amore

Com’è un sognu ch’ùn si spenghje incù l’albore

 

Jean-Charles Papi

 

Notre amour

 

Alors,  c’est ainsi que notre amour prend fin ?

Sans un cri, sans un bruit, sans rien

Mais avec cette blessure éternelle en mon sein

 

Il est né d’un sourire et d’un regard harmonieux

D’un instant pur qui vous comble et vous rend heureux

Que ça m’arrive un jour je n’y croyais même un tant soit peu

 

Refrain

 

Toi, tu étais mon soleil et ma plus belle symphonie

Mon seul espoir et ma plus grande folie

Celle qui invente un univers quand elle se dit

 

Moi, j’ai bien cherché une autre qui te ressemblât

Je n’ai plus vécu la magie de ces moments là

Ni même un regard qui poétise l’ici-bas

 

Aujourd’hui, si je t’écris de cette terre apaisée

Pour m’amender sans te demander de m’aimer

C’est qu’en mon cœur autre chose s’est mis à saigner

 

Je pense que toute histoire même si la noirceur la perd

Ne vaut jamais ni un fusil, ni une guerre

Mais une conscience qui transcende nos chimères

 

Refrain

 

Toi, où que tu sois et peu importe le pays

Tu  laisses cette empreinte  de grande poésie

Comme une étoile qui éclairerait mes nuits

 

Moi, je te garde un regard à l’abri des tempêtes

Un bateau blanc qui nous protège et qui reflète

Une mer d’huile où mes rêves et mes envies s’entêtent

 

Moi, je n’ai gardé ni amertume, ni rancœur

Il restera le même notre amour dans mon cœur

Comme un beau rêve qui même à l’aube ne se meurt…

 

 

 

Disoccupatu

 

Mamma mi dicia ch’eo duvia imparà

Par traccià mi la via in issu mondu chì và

Babbu in u so stentu par pudè ci ingrandà

Ci cacciava lu pientu à rombu di strazià

 

Eo vulia esse issu figliolu chì sà

Issu filu chì si tesse per ùn mai più strappà

Issu puntellu di casa ch’ùn cunnosce tremà

È issa lampara incesa in isse notte à scuntrà

 

Ripigliu 1

Mà, sò disoccupatu è ùn sò cio chì fà

Ni perdu ancu lu fiatu à rombu di cercà

Sò disoccupatu è ùn possu mancu dì

Chè ùn aghju studiatu per ghjunghja ne quì

 

Puru l’aghju pigliati issi chjassi d’imparà

I Bachi è li licenzii senza mai sfiatà

Per finisce Duttore d’una lingua chì và

Chì cura ciò ch’accorre ma ch’ùn si sà curà

 

Pienghju quelli chì ùn anu mancu pussutu fà

Issi tre o quatru passi à l’università

Chì sè à li tempi d’oghji ùn mi ponu ghjuvà

A cunniscenza sola porta a libertà

 

Ripigliu 2

Mà sò disoccupatu è chì ci possu fà

Chì l’aviu pigliata a strada di l’andà

Oghje u soldu travaglia bisognu ùn hà di mè

S’ellu ferma una paglia forse sarà per tè

 

Ripigliu 3

 

Sò disoccupatu ma vogliu fà scambià

Issu mondu chì si more di pocu sunnià

È saraghju occupatu puru per pudè dì

Ch’ùn aghju addisperatu issu mondu à custruì

È saraghju impegnatu puru per custruì

Issu mondu sunniatu per la ghjente di quì

 

Jean-Charles Papi

Au chômage

 

Ma mère me disait qu’il fallait étudier

Pour tracer mon chemin dans ce monde qui va

Et mon père qui trimait pour pouvoir nous élever

Pliait sous le labeur et nous faisait pleurer

 

Je voulais devenir cet enfant cultivé

Ce fil qui se tisse pour des éternités

Ce soutien de famille qui ne tremble jamais

Qui jamais ne vacille qui éclaire les nuitées

 

Mais je suis au chômage et ne sais que penser

Car je perds le courage à force de chercher

Oui, je suis au chômage rien ne peut l’excuser

C’est d’autant plus dommage que j’avais étudié

 

Et pourtant j’ai suivi les chemins du savoir

De bacs en licences sans perdre le vouloir

Pour finir docteur d’une langue qui va

Qui s’occupe des autres sans prendre soin de soi

 

Mais je plains tout de même ceux qui ne peuvent faire

Ne fusse qu’une ébauche d’universitaire

Car si ce présent nie tout ce que j’ai pu faire

L’ignorance nous lie et le savoir libère…

 

Refrain 2

 

Mais je suis au chômage et qu’y puis-je changer

Car l’ascenseur social, je l’avais emprunté

C’est l’argent qui travaille sans rien te demander

D’infimes dividendes te seront reversés

 

Refrain 3

Je suis au chômage mais je voudrais changer

Ce monde qui se meurt en n’osant plus rêver

Et je serai actif ne fusse que pour crier

Qu’il ne faut pas faiblir mais construire et lutter

Et je m’engagerai simplement pour construire

Ce rêve qui me porte pour ce monde à venir

 

 

 

Sicundaria


Ùn sò d’alcun’ paesu

Nè di nisun’ città

Ùn aghju ch’un arnesu

U soldu par cumprà

 

Sicura ùn ti cunnoscu

Nè ti voddu infattà

Mi sò cinta di foscu

Chè tù ùn possi  passà

 

Ripiddu

A me vita hè cussì

Mi chjamu « Sicundaria »

Ùn ni circà parchì

Godu solu a to aria

Ùn ni circà parchì

Mi fermu senza dì

Ùn ni circà parchì

Voddu solu essa quì

 

Qualchi ghjornu d’istati

Mi poi induvinà

I me ochja sarrati

Volini prufittà

 

Eiu ùn n’aghju primura

Di la to sucietà

Piatta daret’à mura

Par ùn imbulighjà

 

Ripiddu

 

Mi piaci a to tarra

Di soli è di sunnià

Ma u soldu mi sarra

In u vend’è cumprà

 

È m’impremani soli

I muraddi à cuddà

U to mondu si mori

À mè chì mi pò fà ?

 

Ripiddu finali

A me vita hè cussì

Mi chjamu « Sicundaria »

Ti lasciu senza dì

A to lenza in Tavaria

Ti lasciu senza dì

Ùn ni circhà parchì

Ti lasciu senza dì

I to loca di quì

 

Jean-Charles Papi

 

Secondaire

 

Je ne suis d’aucun village

Ni d’aucune cité

Je n’ai qu’un seul langage

L’argent pour acheter

 

Je ne te connais pas

Ni ne veux te rencontrer

J’ai construit une cage

Où tu ne puisses entrer

 

Refrain

 

Ma vie est comme cela

Je m’appelle « secondaire »

Ne cherche pas pourquoi

Seul m’importe ton air

Ne cherche pas de pourquoi

Je resterai sans voix

Ne cherche pas pourquoi

Je veux juste être là

 

Quelquefois en été

Tu peux me deviner

Mes yeux toujours fermés

Veulent seulement « profiter »

 

Et je n’ai rien à faire

De ta société

Dans mes murs je m’enserre

Pour ne pas m’intégrer

 

Refrain

 

J’aime beaucoup ta terre

De soleil et de rêve

Mais l’argent m’enferme

Dans l’éternel marché

 

Je ne me préoccupe

Que des murs à dresser

Si ton monde se meurt

En quoi suis-je concerné ?

 

Refrain

 

Ma vie est comme cela

Je m’appelle « secondaire »

Je te laisse volontiers

Ton lopin déclassé

Je ne discuterai pas

Ne cherche pas pourquoi

Je te laisse avec joie

Ces tous petits « chez toi »

 

 

(a to propria)Lighjenda

Ò tù chì va stancu d’affanu summersu
Senza sapè mancu tuttu ciò ch’ha persu,
D’un ortu à fiancu colmu d’universu.
Tù chì senza spera è senza raghjoni
In ugni manera circhi a passioni,
À a straziera carcu d’illusioni.

Ùn pinsà à u timori
Ch’ugni gioia pò pratenda,
Pà pudè traccià d’amori
A to propria lighjenda.

Ò tù svinturatu chì campi di pena
Senza un passatu privu d’un avvena,
Ch’ùn vidi à latu a gioia sirena.
Tù chì senza cura da l’altri aspetti
A ghjudicatura di i to prughjetti,
Incù a paura è i denti stretti.

Ùn aspittà u parmessu
Ch’ai l’arti d’intraprenda,
È custruiscia tè stessu
A to propria lighjenda.

Ò tù chì t’ascondi in sonnii sipolti
In brami ghjacondi da u tempu colti,
(Chì avà cunfondi è mancu ascolti.
Tù chì senza fedi temi a scunfitta
Di ciò chì pussedi d’una voci ritta,
Chì da sempri credi ma manteni zitta)

Ùn spirà più in dumani
Ch’ai issa forza trimenda,
Di tena in i to mani
A to propria lighjenda.

Ghjuvan-Federiccu Terrazzoni

(Ta) Légende (personnelle)

 

Toi qui chemines épuisé, submergé de tourments

Qui a perdu sans le savoir vraiment

Ce jardin voisin que l’univers épand

Toi qui sans espoir et plus de raison

Dans tous tes « vouloir » cherche la passion

Sans plus en pouvoir, pétri d’illusions

 

Ne t’inquiète plus en vain

Car chaque joie peut prétendre

En aimant tracer son destin

Suivre sa propre légende

 

Toi l’infortuné qui vit dans les peines

Privé d’un passé, qu’un avenir gène

Sans voir à ses côtés cette joie sereine

Et toi qui te fie au jugement de l’autre

Qui parfois oublie qu’il peut-être notre

Qui vit dans l’oubli et la peur de l’autre

 

N’écoute pas tout ce qu’on peut dire

Car tu as l’art de construire

D’entreprendre et définir

Ta légende en devenir

 

O toi qui enfouis tes rêves cachés

Qui noies tes envies par le temps effacées

 

Qu’aujourd’hui soit ton espoir

Car ta force est de vouloir

Porter comme un étendard

Ta légende et ton histoire

 

 

Oghji d’umani

L'ochji fissi à u cilenti
Sentu batta in u me essa,
U silenziu è i turmenti
Di a to stirpa sottumessa.

Vicu a faccia sanguinosa
Di a to ghjenti chì si taci,
Quandu a putenza ghjilosa
Tumba à nomu di a paci.

E vurria in un surrisu
Invintà ti un lindumani,
Stà à senta u to avisu
Pà fà ch’oghji sia d’umani.

Trà i petri accatastati
Di un inghjusta sipultura,
Vicu i to cari cascati
Pà mantena una cultura.

Sentu a boci chì mughjava
Aldilà di ogni fruntiera,
Pà dì ch’ùn voli essa schjava
Solu parchì hè nata nera.

E vurria in i to sguardi
Sguassà tutti i pienti vani,
Dicendu ch’ùn hè mai tardi
Pà fà ch’oghji sia d’umani.

Vicu in celu quiss’albori
Di un appaciata prumessa,
Duva ùn conta u culori
Chì ogni vita hè listessa .

Vicu u soli di spiranza
Spannà di l’omu a scimità,
Pà fà crescia a tullaranza
In quissu mondu da rispittà.


E vurria senza risparu
Porghja pà sempri una mani,
In un mondu ghjustu è paru
Pà fà ch’oghji sia d’umani.

Ghjuvan-Federiccu Terrazzoni

Un présent humain

 

Les yeux fixés au firmament,

Je sens battre au fond de moi,

Le silence et les tourments

De ton peuple qu’on abat.

 

Je vois le visage sanglant

D’une foule qui se tait,

Pendant que le jaloux puissant

Assassine au nom de la paix.

 

Mais je voudrais, quand je souris,

T’inventer un lendemain

Puis écouter ton  avis

Pour faire qu’aujourd’hui soit humain.

 

Parmi les pierres entassées

D’une injuste sépulture,

Je vois tous les tiens tombés

Pour défendre une culture.

 

J’entends la voix qui hurlait

Par delà chaque frontière,

Son refus de ce qu’elle est :

L’esclave de ses noirs hier

 

Et je voudrais qu’en tes regards

S’effacent toutes les larmes vaines

En disant qu’il n’est jamais tard

Pour que chaque vie soit humaine.

 

Et je voudrais sans être comptable

Te tendre une main pour qu’enfin

Ce monde soit juste et équitable

Et le présent soit humain.

 

 

 



Sè a me cridanza tù
Un alba di fantasìa,
L’ardori chì mai fù
È chì da sempri vulìa.

Sè a me baldanza tù
Una orma di puisìa,
A richezza, a virtù
Di ciò chì più ùn cridìa.

Sè tù l’amori
A sacra fonti d’ugni bè,
Dulci splindori
Un finimondu di piacè,

Sè tù l’amori
A sacra fonti d’ugni bè,
Ch’in u me cori
Sempri è sola tù sarè.

Sè a me spiranza tù
A purezza, l’armunìa,
D’issu mondu sè l’insù
M’imbalsami d’aligrìa.

Sè ugni impurtanza tù
Di campà quì una crìa
Chì ùn truvaraghju più
Cussì bedda cumpagnìa.

Sè tù l’amori
L’eterna fonti d’ugni bè,
Dulci splindori
Un finimondu di piacè,
Ch’in u me cori
Sempri è sola tù sarè.

Ghjuvan-Federiccu Terrazzoni
 

 

Toi

 

Toi, tu es ma foi

Une aube de fantaisie

Cette ardeur qui n’existait pas

Dont toujours j’avais envie

 

Toi, tu es mon équilibre

L’incarnation de la poésie

La richesse, la vertu

Ce en quoi je ne croyais plus

 

C’est toi l’amour

La source sacrée de tout bien

Douce splendeur du jour

Un plaisir qui n’a pas de fin

C’est toi l’amour

La source sacrée du bonheur

Qui pour toujours

Seule restera dans mon cœur

 

Toi, tu es mon espoir

La pureté, l’harmonie

De ce monde l’encensoir

Qui m’embaume et me ravit

 

Toi, tu es ma seule envie

Et ma seule raison de vivre

La parfaite compagnie

Que toi seule fait revivre

 

C’est toi l’amour

La source éternelle de tout bien

Douce splendeur du jour

Un plaisir qui n’a pas de fin

C’est toi l’amour

La source éternelle du bonheur

Qui pour toujours

Seule restera dans mon cœur…

 

 

Moru

 

Eccu pur ghjunta l'ora di a cunfina.

Hè a fin di u viaghju è a me vela hè stanca.

Ghjeu, u porta bandera di a Bellissima latina,

Desdemona è Venezia ebbi par carta bianca.

 

Un mandiluchju di seta ricamatu d'incantu

Da una Sibila vechja chì di Bast amparò,

Saldò a me furtuna purtendu quì u cantu

Di i me fatti guerrieri u so cori ingumbò.

 

Socu u Moru scadutu, u vechju arghjetu negru.

A prò di u Lionu, dissini u me valori.

Socu u stessu è un antru, di quissa ùn mi ralegru

Chì vinta a turca rabbia , vissini u me culori

 

O ghjilusia infama ! O spavintosu umori !

Un voddu fà vinici à sta peddi d'alabastru.

O rosula canina, rispiru u to adori

Un « tù » chì fù a me vita, u me focu, u me astru.

 

Socu u Moru scadutu, u vechju arghjetu negru.

A prò di u Lionu, dissini u me valori.

Socu u stessu è un antru, di quissa ùn mi ralegru

Chì vinta a curcia rabbia , vissini u me dulori

 

Sò Moru, Sò moru, sè mori, mi morgu

Sò moru, Sò Moru, sè mori, mi morgu

Sè mori, mi morgu di tè…

 

Don-Mathieu Santini

Maure

 

Me voici donc rendu aux limites ultimes.

C'est la fin du voyage et ma voile faiblit.

Moi, Porte-drapeau de la Bellissima latine

Eut Desdemone et Venise pour blanches patries.

 

Ce petit mouchoir de soie brodé d'envoûtement

Par une vieille Sybille de Bast la consœur,

Forgea ma fortune soufflant ici les chants

De mes faits guerriers qui conquirent son cœur.

 

Je suis le Maure déchu, le vieux mouflon noir.

Aux armes du Lion ils dirent ma valeur.

Je suis le même et un autre et c'est mon désespoir

Car passée la rage turque, ils virent ma couleur.

 

O jalousie infâme, o méprisable humeur,

Je ne veux pas blesser cette peau d'albâtre.

O rose sauvage je respire ton odeur,

Ce "Toi" qui fut ma vie, mon feu, mon astre.

 

Je suis le Maure déchu, le vieux mouflon noir.

Aux armes du Lion ils dirent ma valeur.

Je suis le même et un autre et c'est mon désespoir,

Car passée ma misérable colère, ils virent ma douleur.

 

Je suis Maure, je suis maure,

Si tu meurs, je meurs,

Je suis maure, je suis Maure,

Si tu meurs, je meurs,

Si tu meurs, je meurs de toi.

 

 

 

A mazzuli d’amori

 

Ma quandu vultarà a staghjoni piacè

Di li campa invaditi da lu fiori puetu ?

Stu pampasgiolu foltu chì à favori di tè,

Sbrumiighja u so puddu in laria mansuetu.

Una bufeghja strana chì trà altri virtù,

Arreca à certumani unantra ghjuventù.

 

Cultivemu u cunsensu

Com’è prima u me fiori.

Accuddimu ugni sensu

A mazzuli d’amori.

 

Magia culurita di lora lapidata,

O strinta furiosa li curoni insischiti !

Di brasgia hè lu pitalu chì sfida labrucata

E trinneca à lu ventu par discittà i viti.

Stu pitalu di labru à lorlu ricamatu

Hè vittu u più raru è forsa u più bramatu.

 

Cultivemu u cunsensu

Com’è prima u me fiori.

Accuddimu ugni sensu

A mazzuli d’amori.

 

A stonda hè infinita, a staghjoni rutonda,

Par lamanti chì sani truvà sta virità.

Pampasgiolu a sapia chì ricusaia londa

Di u tempu chì passa, di u tempu chì và.

Hè un puteri unicu, una gesta di rè,

Hè lincantu maestru... à favori di tè.

 

Don-Mathieu Santini

 

En grands bouquets de cœur

 

Mais quand reviendra donc l’agréable saison

Où la fleur-poète  fait les champs envahis ?

Ce dense  coquelicot qui à ta dévotion,

Embrume de son pollen un air bien adouci.

Un brouillard étrange qui entre autre prouesse

Donne à certains humains une nouvelle jeunesse

 

Cultivons l’harmonie

Comme hier petite fleur

Chaque sens cueilli

En grands bouquets de cœur

 

Magie colorée de l’heure lapidée

O furieuse étreinte des couronnes transies

De braise est le pétale qui tient la nuit tombée

Et se meut dans le vent pour réveiller les vies

Ce pétale de lèvre aux contours brodés

Est le met le plus rare et le plus désiré.

 

Cultivons l’harmonie

Comme hier petite fleur

Chaque sens cueilli

En grands bouquets de cœur

 

L’instant est infini, cyclique la saison

Pour les amants qui prisent cette vérité

Pampasgiolu le savait refusant à raison

L’idée du temps qui passe et du temps mesuré

C’est un pouvoir unique, une geste de roi

Le sortilège suprême, pour l’amour de toi

 


 

 

S’è tù fermi ‘rittu

Quandu da mare in tè

Ci piovi à più pudè

S’è tù fermi zittu

Quandu omu azzufuchighja

A mezu à li perchè

S’è tu lasci fughja

I funi è l’urizonti

E li quali è t’ùn sè

S’è tù lasci ghjunghja

Un amori tramendu

In u prufondu di tè

 

Hè una vittoria

Un curdogliu, un principià (?)

Hè… un altru sè chì sà (?)

 

S’è tù canti « soli »

A mezu à l’aquifragni

E li « fà ti valè »

S’è li toi i doli

Sò com’è ochji aparti

Nant’à un altru sapè

S’è li tò frastorni

Ani gustu di meli

E di « sanguvulè »

S’è li tò cuntorni

Ani un solu principiu

E fini quant’è tè

 

 

Hè una vittoria

Una storia ò un andà (?)

Hè… un novu sè chì sà (?)

 

S’è par ciambuttà(ti)

Ci voli un mari d’oliu

O un veru sunnià

S’è par minurà(ti)

Ci voli à essa maiò

O almenu pinsà…

S’è par essa quì

Ci vol’di creda più forti

D’essa ancu culà

S’è ancu par dì

Ci voli di tena i parolli

Sin’à lu tramutà

 

Hè una vittoria

Un acconciu, un dunvintà (?)

Hè… un veru sè, chì sà (?)

 

Jean-Charles Papi


Si

 

Si tu restes droit

Lorsque dans ton sillage

Une tempête fait rage

Si tu restes coi

Lorsque l’homme se perd

Au milieu des « pourquoi ? »

Si tu laisses aller

Les liens et les limites

Ce « toi » que tu évites

Si tu laisses arriver

Un amour transcendant

Dans ton âme et ton sang

 

C’est une victoire

Un deuil ou un départ ?

C’est… un autre « soi» qui sait (?)

 

Si ta voix éclaire

Quand tous les désespoirs

T’érigent en faire-valoir

Si tes deuils amers

Ouvrent tes yeux pour voir

Un tout autre savoir

Si tous tes enfers

Adoucissent de miel

Le plus brûlant des fiels

Si toutes tes terres

N’ont qu’un seul point d’ancrage

Et refusent les cages

 

Est-ce une victoire

Un chemin ou une histoire ?

C’est… un nouveau « soi » qui sait (?)

 

Si pour te bercer

Une mer d’huile suffit

Dans un vrai rêve qui luit

Si pour t’humilier

Il faut être un géant

Ou seulement le penser

Si pour « être » ici

Il faut croire tout bas

Qu’on « est » aussi là-bas

Si même quand on dit

Le mot doit patienter

Jusqu’à l’heure de rentrer

 

C’est une victoire

Un accord ou un espoir ?

C’est… un vrai « soi » qui sait (?)

 

 

Universal’ità


Erami ghjuvanotti in circa di scambià

A volti patriotti par lu riacquistà

Un sonniu citadella ch’ùn vulia stancià

Un idea zitella di tempi è tempi fà

 

Avemu fattu un sonniu d’università

In dui parolli : universal’ità

Avemu fattu un sonniu d’università

Un soffiu rinnovu in la vechja cità

 

E sò passati l’anni à tessa lu t’avè…

Ancu à mezu à l’inganni ùn si persi u vulè

D’inalzà issu mondu, è iss’isuli di sapè

Di fà lu più prufondu par pudè essa sè

 

Avemu fattu un sonniu d’università

In dui parolli : universal’ità

Avemu fattu un sonniu d’università

Un soffiu rinnovu in la vechja cità

 

E sò stati spartuti issi sumenti in andà

E oghji sò crisciuti par lu risuminà…

 

Avemu fattu un sonniu d’università

In dui parolli : universal’ità

Avemu fattu un sonniu d’università

Demuci l’avvena : una nova cità

 

Jean-Charles Papi


L’universelle idée


Nous étions de jeunes gens en quête de changement

Quelquefois patriotes pour le remembrement

Un rêve citadelle qui ne voulait cesser

Une idée éternelle que d’autres avaient semée

 

Nous avons fait un rêve d’université

En deux mots s’épelle l’universelle idée

Nous avons fait un rêve d’université

Un souffle se renouvelle dans la vieille cité

 

Et les années passèrent les mains sur le métier

De sourires en galères l’espoir fut timonier

Car d’élever ce monde, ces îlots de savoir

De cette âme profonde reconstruire un grand « Soi »

 

Nous avons fait un rêve d’université

En deux mots s’épelle l’universelle idée

Nous avons fait un rêve d’université

Un souffle se renouvelle dans la vieille cité

 

Et furent partagées ces semences en devenir

Pour nous réinventer un plus bel avenir

 

Nous avons fait un rêve d’université

En deux mots s’épelle l’universelle idée

Nous avons fait un rêve d’université

Donnons-nous un avenir : une nouvelle « cité »

 

 

Un cenu

 

Duvia esse cusì quell’ultimu licenziu

Un picculu surrisu un basgiucciu lampatu

Duvia esse cusì cume quand'è sò natu

Un ochjata chì dice oghje tuttu hè scambiatu

 

E issu cenu chì fù eterna strappatura

L’avaria vulsutu longu più che issa vita

Pè dì ti la cù l’ochji ciò ch’ùn aghju pussutu

Dì ti di lu mio amore chì u tempu hè ghjelosu

 

E puru tutti iss’anni eo ti tenisti cara

Più chè la mio presenza chì fusti cusì rara

E sempre à fughjiticcia com'è issu cenu chjaru

Ti rindisti iss’amore datu senza risparu

 

O quant’elle sò longhe isse serate d’inguernu

A parlà mi di tè in giru à lu fucone

E quantu lu mio sonnu s’assumiglia à l’infernu

Quandu à l’ispensata eo pensu à Babbone

 

A lu so visu caru chì oramai aspetta

Ghjustu issu cenu raru ch’un ghjornu mi mandesti

Per ripiglià lu fiatu è fala benedetta

Issa mannata di vita chì Diu li lachesti

 

Jean-Charles Papi

 

Un signe

 

Il devait être comme cela cet adieu ultime

Juste un petit sourire, un baiser qui se mime

Il devait être ainsi comme mon premier regard

Un clignement qui fait tomber tous les remparts

 

Et ce signe qui fut une éternelle déchirure

J’aurais voulu l’éterniser jusqu’à l’usure

Pour te dire d’un regard ce que fut mon amour

Et défier ce temps qui jalouse nos « toujours »

 

Et pourtant tous ces ans, je t’aimais plus que tout

Malgré le peu de fois où nous pouvions dire « nous »

Et toujours à la sauvette comme ce signe clair

Je te rendis cet amour que tu voulais hors pair

 

Qu’elles sont désormais longues ces soirées d’hiver

À me parler de toi devant ce feu où je me perds

Si tu savais ces rêves qui se teintent d’enfer

Quand parfois mon esprit se tourne vers « grand-père »

 

M’apparait son visage qui attend et espère

Juste ce signe rare que tes yeux me donnèrent

Pour reprendre l’espoir et vivre droit et fier

Ce temps que Dieu lui donne parmi nous sur la terre